Marie-Laure a écrit le Rêve d'Herbert.
Belle histoire en vérité, fort joliment écrite, et illustrée tout aussi joliment par Amélie Callot.

On y apprend quoi ? Que les rêves oubliés peuvent être retrouvés.
Il suffit d'un peu de floralisse, émistilée à l'écorce d'aleble, une lichette d'arabelle et une écaille du dézard rouge...

On découvre alors une clairière de moquette bleue, un terrible Benjibang, une ravissante Séphéréa et des trobontrobons (dont la recette n'est malheureusement pas divulguée).

Un dépaysement tout onirique, à portée de clic aux éditions Le Crebassou.

.

herbert

.

En plus, au fil des pages, Marie-Laure néologise avec bonheur.
Ça n'existe pas, "néologiser" ? Et ben ça prouve que c'est contagieux !.